En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

Lettre d'information


Octobre 2010 - La vie en rose, de Belleville à Ménilmontant

Vous souvenez-vous de Max ? Oui... Non…
 Allez, je vous rafraichis la mémoire,  c’était dans la chronique parisienne d’août… Max tient un petit bistro parisien, un endroit sympathique où j’ai eu le plaisir de prendre un café peu après mon retour de vacances. Max a mis son bistro en vente pour réaliser un rêve… En ouvrir un autre dans son quartier parisien préféré.


Si je vous dis Edith Piaf, la vie en rose… vous avez deviné, nous sommes à Belleville, le lieu de son enfance, un quartier que j’aime profondément.
Vous faire découvrir ce village de Paris est difficile car Belleville ne se visite pas, Belleville se vit.  Il ne s’offre pas spontanément à ses promeneurs, déplaît même parfois, mais pour celui ou celle qui a su le comprendre et découvrir ses multiples trésors cachés, il devient le plus bel endroit de Paris.

La première fois que je suis allée à Belleville, j’ai trouvé l’endroit plutôt laid, j’avoue. Une impression que les constructions s’étaient installées au fil des années avec beaucoup d’anarchisme . Mais je ne faisais qu’y passer. .. Et je n’ai pas pris le temps de me promener.

Lorsque j’y suis retournée, ce qui m’avait choquée m’a conquise : Belleville est riche de ses contrastes, de son histoire et de ses habitants. C’est un univers à part, le vrai visage de Paris pour ceux qui l’aiment.


Alors au fil d’une de  mes promenades dans  les rues de Belleville et Ménilmontant, je savoure tour à tour le célèbre marché coloré et cosmopolite de la rue de Belleville, sa population vivante et multiple, ses troquets bondés et chaleureux. J’imagine les anciennes guinguettes qui faisaient la joie des parisiens d’une autre époque.


Dans une petite rue je m’imprègne des vestiges du vieux Paris populaire,  j’entends même l’écho des anciens chanteurs de rue, et je ressens un peu de la misère qu’a vécue ce lieu.

Contraste saisissant, je me perds avec délices dans le magnifique parc de Belleville et profite de la merveilleuse vue sur Paris qu’on a depuis ses hauteurs. Et je découvre stupéfaite de ravissantes maisons, copieusement fleuries par leur propriétaire, dans des ruelles pavées qui me font oublier que je suis au cœur de Paris.

Quand j’en repars je vois toujours la vie en rose.


A Belleville-Ménilmontant il y a tant de merveilles à découvrir,  tant de plaisir dans la promenade,  tant d’histoire, tant de douleur aussi parfois, que ces quelques lignes me semblent dérisoires.

Mais si j’ai réussi à vous faire partager mon amour pour Belleville, je suis comblée et je pense que nous nous y croiserons sûrement, un guide à la main. Promis, si Max a enfin ouvert son nouveau bistrot, nous irons y prendre un café !

En attendant, je vous donne rendez-vous dans ma prochaine chronique parisienne… Et si je vous invitais à la cour du Roi ?

Tatiana pour Créations d'Antan 

 

Les lettres d'informations

Ces informations sont destinées à la société Création d'Antan. En application des articles 27 et 34 de la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit de modification ou de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé par courrier électronique en adressant votre demande à creationsdantan@gmail.com