En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

Lettre d'information


Mai 2010 - J'aime les touristes !

Pour cette première chronique je vais vous livrer un secret…

Savez-vous ce que j’adore dans Paris ? Sincèrement, ce sont les touristes. Je les aime car je les trouve touchants de gentillesse lorsqu’ils vous demandent une information et vous remercient mille fois de leur avoir répondu.

 En fait je les soupçonne de me remercier inconsciemment d’avoir réussi à aligner plus de deux mots en anglais, et avec le sourire s’il vous plaît ! Sinon leur approche ne commencerait pas par un invariable « Excuse-me… Do you speak english ? ».

Oui, j’avoue, j’en profite pour taquiner la française que je suis et avec moi mes compatriotes. Je les aime car ils m’obligent à regarder mon pays et ma ville avec des yeux neufs. J’y suis tellement habituée que je me suis surprise à ne plus voir sa beauté et ses multiples trésors, imposants ou discrets. 

Tout a commencé un jour, alors que je me rendais à un rendez-vous dans Paris. Rien d’inhabituel penserez-vous. Effectivement, il ne s’agissait que d’une journée banale : prendre une ligne de métro mille fois empruntée, marcher d’un bon pas, assister au rendez-vous, etc… 

Mais ce jour là, j’observais discrètement deux couples de touristes, assis proches de moi. Nettement plus souriants que le reste des voyageurs (forcément me direz-vous, ils sont en vacances, eux…), ils sont descendus à la même station que moi et se sont arrêtés pour regarder l’enseigne de Métro, un guide à la main.

Perplexe, j’ai aussi levé les yeux sur la fameuse enseigne qui n’avait d’autre intérêt pour moi que de repérer la station à distance. Je passais depuis toujours devant une petite merveille de design Art Nouveau, sans même la voir. Un candélabre Guimard.

Dès cet instant, je n’ai plus jamais vu ma ville de la même façon. Ce sont ces découvertes que je partagerai avec vous dans les petites chroniques parisiennes.

Et dès la prochaine, intitulée Art nouveau et Art Deco dans le Métro, je vous raconterai l’histoire de ces fameuses enseignes.

Tatiana pour Créations d'Antan

 

 

Les lettres d'informations

Ces informations sont destinées à la société Création d'Antan. En application des articles 27 et 34 de la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit de modification ou de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé par courrier électronique en adressant votre demande à creationsdantan@gmail.com